Publié dans Capitalisme & écologie, Environnement

Comment le covid contribue à l’augmentation de la pollution plastique?

Hello ! Aujourd’hui je viens vous parler du sujet du plastique encore, puisqu’il est prédominant lorsque l’on aborde le thème de l’écologie et des mesures nécessaires à mettre en place.

Je vais essayer encore une fois d’être synthétique puisque c’est un sujet complexe, mais pour résumer, avant la pandémie, de nombreuses mesures ont été mises en place pour supprimer à terme le plastique à usage unique, à l’échelle de l’union européenne et à l’échelle des pays membres.

Vous vous doutez bien que les lobbies du plastique n’étaient pas ravis de cette nouvelle, et ont toujours fait en sorte de repousser l’échéance de ces mesures, et encore plus pendant le COVID, ils s’en sont donnés à cœur joie (EuPC par exemple a appelé la commission à suspendre toutes les mesures d’interdictions de plastiques à usage unique, jusqu’à que la situation redevienne normale dans le but d’éviter les pertes économiques et d’emplois. Opportunisme ? A peine je dirais.)

La gestion du plastique, réalités et reculs legislatifs

Cette pandémie n’a pas aidé l’environnement dans ce sens puisqu’elle nous a tout bonnement fait prendre conscience de notre dépendance au plastique. On constate une augmentation significative de la demande de plastiques à usage unique, et en sachant que le prix du baril de pétrole est à son prix le plus bas en ce moment, je vous laisse faire le calcul.

C’est un recul significatif et un échec cuisant pour la planète, alors que l’ONU déclarait il y a deux ans que la pollution plastique était de l’ordre d’une crise mondiale.  Il y avait enfin un effort multilatéral sur cette question, alors que le vortex de micro plastiques (Great Pacific Garbage Patch) qui fait deux fois la taille du Texas a été découvert il y a déjà 30 ans entre la Californie & Hawaï !

Tout le monde était prêt à changer de paradigme, les gouvernements mettaient en place des lois, les entreprises se préparaient à une transition sur le long terme, mais cette pandémie est venue chambouler cette bonne manœuvre. 2020 devait sonner la fin de l’ère du plastique, pas son retour.

La suppression du plastique de manière définitive vous vous en doutez n’est pas vraiment possible, ne serait-ce que parce que le domaine médical en dépend et qu’aucune alternative viable n’est actuellement envisageable à grande échelle. Ce matériau s’est révélé être le plus efficace du point de vue sanitaire pour protéger contre la transmission de ce virus hautement contagieux.

On pensait que la nature avait repris quelque peu ses droits pendant la pandémie, que ce serait bénéfique de ne pas l’exploiter à outrance pendant un moment, de lui laisser un break quelque part. Mais il se peut que cette relance économique et sociétale soit encore plus violente pour elle qu’avant le confinement.

La gestion des déchets plastiques

Cette augmentation de l’usage du plastique posera également un problème au niveau de la gestion de ces déchets. Pour des raisons de sureté, et en raison des risques sanitaires il se peut que bien des déchets se doivent d’être envoyé directement en incinération sans même passer par la case recyclage. Et quand on sait que de nos jours à peine 10% des plastiques sont recyclés à l’échelle mondiale il y a fort à parier que cette donnée soit revue à la baisse. L’industrie du recyclage sera impactée, car sera dans l’impossibilité de gérer ces gros volumes de déchets.

Des décisions à l’échelle mondiale se doivent d’être prises en ce qui concerne la gestion du recyclage. Au même titre que cette pandémie concerne l’intégralité du globe, des mesures environnementales pour limiter les dégâts de cette prochaine lourde pollution plastique se doivent d’être prises dans un cadre international.

L’économie circulaire

Encourager l’économie circulaire est donc une priorité, il faut qu’à notre échelle nous faisions notre maximum, et que nous évitions (encore plus que d’habitude) toute forme de plastique à usage unique inutile. J’ai pu voir qu’en France bien des supermarchés avaient fait le choix d’emballer individuellement les fruits et les légumes « dans une logique de protection » mais cette excuse est un leurre, il y a d’autres moyens de ne pas permettre au virus de rester sur une surface qui peut être porteuse.

15905

Ce petit graphique de rappel ne fait pas de mal pour se rappeler combien d’années il faut à ces objets pour se dégrader. D’où l’importance de moins les produire mais surtout de les recycler !

Des incitations réglementaires à plus grande échelle sont nécessaires pour permettre aux entreprises et aux particuliers de recycler au mieux. La plupart des plastiques que l’on retrouve dans les océans sont les plastiques à usage unique (49%), c’est donc un problème qui nécessite une responsabilité collective. Je pense donc qu’il est nécessaire de prendre conscience du caractère indispensable de l’économie circulaire, de l’importance d’utiliser des matériaux durables. Trop peu de communications et d’informations sont véhiculés à ce sujet pour éduquer les populations. Et je pense qu’actuellement trop peu de moyens sont mis en place pour nous permettre de le faire.

Même à l’échelle européenne nous ne sommes pas égaux. En vivant à Bruxelles j’ai la possibilité de faire mes courses en vrac et de limiter mes déchets au maximum. Lorsque je vivais à Budapest c’était une autre paire de manches, puisque même le verre n’était pas vraiment collecté individuellement.

Redoubler d’efforts après le déconfinement

Je n’ai pas spécialement envie d’aborder un ton moralisateur dans cet article, mais je voulais juste souligner la necessité de faire encore plus attention après ce déconfinement. Il faut faire en sorte de réduire nos déchets en consommant moins d’emballages, et quand bien même ce n’est pas possible de bien les recycler. L’économie circulaire ne fonctionnera jamais si ce processus n’est pas mis en place.

« Nous devons encourager la production de polymères aux qualités recyclables améliorées qui faciliteraient la réinsertion des plastiques usagés dans notre économie. Il y a environ trois ans, les polymères étaient considérés comme le principal contributeur à la pollution plastique marine. Plus tard, ils ont commencé à être évalués comme des produits avec une empreinte carbone considérablement réduite par rapport à d’autres matériaux. Pendant la pandémie, les polymères ont commencé à être perçus comme un matériau précieux pour la production d’emballages en plastique jetables et d’équipements de protection individuelle médicale. Ces changements soulignent la capacité des entreprises à jouer un rôle proactif dans la réduction de la pollution, tout en mettant en évidence les avantages essentiels que les industries pourraient apporter au confort et à la sécurité des individus. » Traduit de l’article du World Economic Forum*

Il faut prendre conscience que le plastique est un matériau difficilement éliminable de notre mode vie, en raison de ces avantages dans le domaine sanitaire/médical et alimentaire (c’est un matériau léger, qui a une capacité de conservation très avantageuse). Il faut donc pour limiter les dégâts de ce déchet, le réduire à tout prix, et le substituer dès que l’on peut. Evidemment notre marche de manœuvre ne concerne que sa consommation et son recyclage, pour ce qui est de sa production, il faut espérer que les entreprises et les gouvernements prenne la mesure de l’urgence en vigueur, et qu’elles prennent des décisions encore plus strictes pour espérer protéger l’environnement.

J’espère que cet article vous sera utile, il est important de comprendre les conséquences de cette pandémie, qui ne menace pas seulement notre santé mais également notre planète.

* Source: World Economic Forum: COVID19 is forcing us to rethink our plastic problem

Auteur :

Un melting pot de beauté naturelle, de lectures, d'écologie, de féminisme, de bonnes adresses et de reflexions!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s